BLOGUE

Workin’ Moms

Parfaitement imparfaite

Par Myriam Kessiby / April 03, 2019 / Publié dans : Succès canadiens

 Malgré toute la béatitude rose bonbon qu’on associe souvent à la maternité, la réalité est que devenir mère est très exigeant, à tous les niveaux. Entre les pleurs incontrôlables du postpartum (autant du côté de maman que de bébé), la fatigue extrême (non, bébé ne fait pas encore ses nuits), et un sentiment d’impuissance permanent (bébé a terminé les coliques, mais maintenant, il fait ses dents), bien de jeunes mamans se sentent dépassées par leur nouveau rôle. Difficile de ne pas craquer, surtout lorsqu’on tente de jongler vie professionnelle et amoureuse par-dessus tout cela. Mais au lieu de sombrer dans le doute et la culpabilité, peut-on rire des aléas de la maternité ? C’est le pari qu’ont relevé avec brio Catherine Reitman et Philip Sternberg avec la comédie de situation Workin’ Moms.


Distribution de Workin’ Moms - Photo : CBC


Pleurer, puis rire

En plus d'être mère de deux jeunes garçons, Catherine Reitman est aussi la créatrice de la série Workin’ Moms, la scénariste, l’actrice principale, la productrice et réalisatrice. Son mari, Philip Sternberg, est aussi acteur, producteur et réalisateur sur la série.

L’idée derrière Workin’ Moms est née à la fin d’un jour d’angoisse pour Catherine. La jeune mère et comédienne travaillait sur un tournage loin de chez elle alors que son premier fils n’avait que six semaines. La fête des Mères approchait et ses collègues avaient décidé de la taquiner, comme le raconte Philip : « Ils lui disaient qu’elle était une mère terrible. Ils allaient envoyer une carte de la fête des Mères pour notre fils de sa part. Elle a fini par aller pleurer de manière incontrôlable dans sa chambre d’hôtel. Elle m’a appelé en disant qu’elle se sentait coupable, indigne et humiliée. » Au lieu de laisser son épouse s’apitoyer sur son sort, Philip a rapidement trouvé moyen de faire contre mauvaise fortune bon cœur : « En rétrospective, quand on y pense, c’est assez drôle. Alors je lui ai dit : ‘Comment se fait-il que les parents ne parlent pas de ces choses-là? Pourquoi n’écrirais-tu pas là-dessus ?’ Alors elle l’a fait. » Catherine Reitman a donc rédigé la ligne directrice de l’histoire, quelques scènes, puis un épisode pilote. Lorsque le projet a été accepté par la CBC, le travail ne faisait que commencer.


L'auteure-productrice et comédienne Catherine Reitman - Photo : CBC


La réalité de la fiction

Le sitcom Workin’ Moms débute avec le retour au travail de Kate (interprétée par Catherine Reitman) après son congé de maternité. Elle tente du mieux qu’elle peut d’être une mère présente pour son enfant, tout en restant disponible au travail afin d’atteindre ses objectifs professionnels. Impossible de ne pas voir le parallèle avec ce que l’auteure-productrice vivait au même moment : « C’était un grand défi pour moi. Ç’a été une leçon d’humilité incroyable et c’est énormément de travail. Les jours de tournage sont très longs et j’avais un petit bébé de trois mois que j’allaitais lors de notre premier jour de production. J’avais aussi mon autre fils de quatre ans qui entrait à la maternelle en même temps. Il y avait manifestement un conflit entre mon désir d’avoir une carrière et celui d’être avec mes enfants. » Malgré ce tiraillement intérieur, il fallait aller de l’avant. Catherine Reitman avait d’ailleurs l’impression que sa série aurait le potentiel de toucher beaucoup de gens : « Workin’ Moms est une série sur les préoccupations que vivent les parents alors qu’ils doivent soudainement être des adultes. L’émission se concentre sur les mères qui retournent au travail, essayant d’être ce qu’elles étaient auparavant, avec cette pression incroyable d’exceller dans tout. Nous remettons donc en question les attentes qui pèsent sur les femmes. Ce qui nous a le plus surpris, Philip et moi, c’est le nombre de personnes qui n’ont pas d’enfants, qui ne sont pas mariés ou qui ne sont même pas des femmes et qui aiment l’émission. La crise identitaire que les personnages vivent semble rejoindre le public, et la réponse a donc été vraiment merveilleuse. » Et maintenant que la série en est à sa troisième saison, la réponse du public continue d’être toujours aussi positive.


Les producteurs et acteurs Catherine Reitman et Philip Sternberg, avec la responsable de la continuité Kat Reid, conçoivent une scène d’accouchement intense.


Trouver l’humour dans le drame

Une des forces de la série Workin’ Moms est de toucher à des thématiques sensibles, parfois très dures, et d’en faire ressortir les éléments comiques pour faire rire et réfléchir. Bien que les deux producteurs considèrent que la thématique des mères au travail est universelle, ils sont conscients que ce type d’émission ne sera peut-être pas reçu de la même façon en dehors du Canada, comme le souligne le producteur exécutif : « Catherine aborde des sujets très difficiles comme la stigmatisation autour de la maternité, la dépression postpartum ou l’avortement, et notre auditoire comprend. Il y a un formidable mode de vie, ici au Canada, où les gens sont très ouverts et tolérants. C’est quand même incroyable de pouvoir faire une émission sur des situations familiales complexes comme celles-là ! C’est un privilège. »

Ainsi, Workin’ Moms nous rappelle que la réalité d’une mère est souvent loin d’être parfaite... mais c’est parfait ainsi. Après tout, chacun tente de faire de son mieux devant les bouleversements de la vie. Catherine Reitman est arrivée à rire d’elle-même en racontant les travers de la maternité dans une série inspirée de sa propre histoire. Une histoire qui est peut-être, au fond, celle de toutes les mères.

La saison 3 de la série Workin’ Moms est diffusée les jeudis à 21 h (21 h 30 dans les maritimes) sur CBC et CBC Gem. Les saisons précédentes sont offertes sur CBC Gem et sur iTunes.